Le guide masculin de la COVID-19


homme portant un masque

Les gars ne sont pas toujours d’accord. Qui est le meilleur hockeyeur de tous les temps? Le débat est lancé. Piège de cristal ou Piège de cristal 2? Le débat est lancé. Jupes courtes ou shorts courts? Vous avez saisi l’idée.

Ceci étant dit, il existe certaines choses au sujet desquelles nous parvenons tous à nous entendre :

1. La pandémie de COVID-19, c’est un paquet de troubles.

2. Il serait formidable de voir la situation s’améliorer un tant soit peu.

Heureusement, apprendre à mieux connaître la pandémie et à y faire face en apportant quelques changements minimes à votre routine quotidienne contribue grandement à réaliser le deuxième point.

Impact de la COVID-19 sur les Canadiens

Au 1er mai 2021, plus de 1,2 million de Canadiens avaient été déclarés positifs à la COVID-19, qui a entraîné la mort de près de 2 pour cent d’entre eux. Deux pour cent, ça peut sembler négligeable. Malgré tout, alors que les décès attribuables à la COVID atteignent les 24 000 au Canada, ce nombre, d’apparence minime, représente une terrible tragédie.

Comparativement aux femmes, la recherche nous apprend que les hommes sont presque deux fois plus à risque de contracter une forme grave de la COVID-19 et d’en mourir. La situation est partiellement attribuable à des facteurs génétiques, mais elle résulte également de tendances comportementales, alors que les hommes travaillent à l’extérieur du foyer plus souvent que les femmes, les hommes fument davantage et boivent plus d’alcool, et les hommes sont moins enclins à consulter un médecin. De même, plus d’hommes souffrent de conditions préexistantes qui augmentent le risque, par exemple, de maladies du coeur, d’hypertension artérielle et de diabète.

Pendant ce temps, des millions d’hommes qui n’ont pas contracté la COVID-19 sont durement touchés, sur les plans physique et émotionnel, par la perturbation généralisée de la vie normale et par son impact sur leurs vies sociales et leur gagne-pain. Dans le même ordre d’idées…

Impact de la COVID-19 sur la santé mentale

Qu’on parle des inquiétudes entourant les emplois et les finances ou des êtres chers et de l’infection, la pandémie se répercute sur le stress et les niveaux d’anxiété des hommes dans ce pays. Le Centre de toxicomanie et de santé mentale réalise présentement une étude dans le but de comprendre la santé mentale des Canadiens en période de pandémie et voici ce que révèlent les derniers résultats :

  • 17 % des Canadiens ont déclaré ressentir davantage d’anxiété.
  • 31 % ont affirmé consommer plus d’alcool qu’à l’habitude
  • 18 % ont dit ressentir de la solitude au moins trois jours par semaine
  • 18 % ont déclaré qu’ils se sentaient plus déprimés.

Le gouvernement du Canada offre une aide aux Canadiens en précisant qu’il est normal de se sentir triste, stressé, confus, inquiet ou d’avoir peur en temps de crise. La réaction varie d’une personne à l’autre. Parmi les sensations répandues, mentionnons :

  • L’impression d’être exclus de la société ou d’être jugé
  • Des préoccupations liées à l’éducation et au bien-être des enfants
  • La crainte de contracter la COVID-19 ou de transmettre la maladie
  • Des inquiétudes liées à la perte d’emploi, à l’incapacité de travailler ou aux finances
  • La crainte d’être séparé des êtres chers en raison de l’isolement ou de la distanciation physique
  • L’impuissance, l’ennui, la solitude et la dépression en raison de l’isolement ou de la distanciation physique

Conseils pour affronter la pandémie

homme promenant un chien

Faites des activités en plein air

D’une part, on associe le manque d’activité physique à un risque plus élevé de ressentir des symptômes graves de la COVID-19. Par contre, l’air frais combiné à l’activité constitue un remède qui permet de réduire le stress et d’améliorer la santé mentale. Commencez modestement en prenant une marche dans votre quartier ou en vous amusant avec les enfants à l’extérieur. Recherchez la simplicité! Vous pouvez en venir à faire des exercices plus intensifs en devenant simplement plus actif et en bougeant.

Achetez-vous un animal de compagnie

La recherche nous apprend que le rythme cardiaque et la pression artérielle des propriétaires de chien sont plus stables et qu’ils diminuent plus rapidement en période de stress que ceux des gens qui n’en ont pas. Cet effet apaisant réduit les effets défavorables du stress sur le corps et sur l’esprit.

Les propriétaires de chien présentent également des niveaux de cholestérol et une pression artérielle plus faibles. Cela s’explique probablement par l’effet apaisant des chiens et par le fait que les propriétaires de chien font habituellement plus d’exercices.

Les animaux de compagnie procurent une sensation de calme qui vous aide à faire face au stress. Dans une étude, les propriétaires de chat effectuant une tâche stressante étaient moins stressés en compagnie de leurs animaux qu’en compagnie d’amis.
Les experts déclarent également que l’amour entre les chats et leurs propriétaires peut aider ces derniers à composer avec le stress en atténuant la sensation de solitude, en leur donnant un but et en les empêchant de penser à leurs problèmes.

Respirez profondément

En diminuant le stress, la respiration profonde peut améliorer la qualité et la durée de votre sommeil, vous permettre d’avoir votre poids à l’œil, réduire le risque d’une crise cardiaque – la liste des avantages ne fait que débuter. Essayez cet exercice facile pour évacuer votre stress.

Organisez des appels vidéo avec des amis

L’interdiction de rencontrer les amis représente un des pires inconvénients de la pandémie. Il existe heureusement beaucoup de logiciels de vidéoconférence gratuits qui permettent de se rencontrer.  Voyez ces options pour organiser une fête en ligne!

Rencontrez des gens et socialisez

La « fatigue de Zoom », qui nous envahit lorsqu’on passe trop de temps devant l’écran, est un autre inconvénient de la pandémie. C’est la raison pour laquelle il est si important d’explorer différentes façons d’établir des liens en toute sécurité avec les gens.

Reprenez contact avec votre partenaire

La pandémie n’aide pas du tout les hommes à renouer avec leurs êtres chers. D’après un récent sondage Angus Reid, le nombre de Canadiens qui souffrent de solitude et d’isolation sociale est passé de 23 pour cent avant la pandémie à 33 pour cent vers la fin de l’année 2020. Pendant ce temps, le pourcentage de ceux qui ne sont pas affectés par ni l’un ni l’autre a pratiquement diminué de moitié, allant de 22 pour cent à 12 pour cent.

Si vous cherchez à rester plus étroitement en contact avec votre partenaire, voyez ces conseils faciles de Lindsay Killam, conseillère autorisée qui offre des rendez-vous privés par vidéo sur le site Mes Soins TELUS Santé. Voyez ces six conseils du chercheur John Gottman, qu’on voit pratiquement comme un gourou lorsque vient le temps de résoudre des problèmes de relations.

Établissez une routine quotidienne

Une vie structurée et une routine vous procurent une sensation de contrôle qui vient contrer l’incertitude qui alimente le stress. Cela est particulièrement important pendant la pandémie, alors que les gens qui travaillent à la maison et qui changent leur routine habituelle sont si nombreux. Voyez ces moyens faciles de réinitialiser votre routine.

Prenez une bonne nuit de sommeil

Nos corps doivent connaître les moments où ils doivent se préparer au sommeil et à l’éveil. Malgré tout, l’absence de routine régulière pendant la pandémie amène les gens à se coucher et à s’endormir plus tard qu’à l’habitude. Voici quelques moyens faciles d’obtenir les sept à neuf heures de sommeil dont vous avez besoin pour rester en santé.

Q et R au sujet de la vaccination contre la COVID-19

homme se faisant vacciner
Qui devrait se faire vacciner contre la COVID-19?

Quiconque peut recevoir le vaccin contre la COVID-19 devrait se faire vacciner. Pour l’instant, on parle de tous ceux qui ont 12 ans ou plus au Canada. À l’heure actuelle, les seules personnes qui ne devraient pas se faire vacciner sont les gens de moins de 12 ans ou ceux qui présentent des allergies connues aux ingrédients que renferment les vaccins. Les personnes immunodéficientes devraient consulter leur médecin pour connaître le plan d’action idéal qui s’offre à eux.

Pour quelle raison devrais-je me faire vacciner contre la COVID-19?

En plus de vous protéger contre le virus qui provoque la COVID-19, le vaccin protège les gens qui ne peuvent se faire vacciner, comme les enfants de moins de 12 ans et certaines personnes immunodéficientes. 

En vous faisant vacciner, vous aidez le Canada à s’approcher de l’immunité collective, qui survient lorsque la population est immunisée grâce à la vaccination ou grâce à l’immunité acquise lors d’une infection précédente. C’est un peu comme regarder National Geographic et voir des lions en train de chasser, alors que les éléphants plus gros et plus forts forment un bouclier autour des éléphants plus petits pour les protéger contre l’attaque, parce que ces derniers n’arriveraient jamais à se protéger seuls.

À quel moment et où puis-je me faire vacciner contre la COVID-19?

Tout dépendant de votre âge, du type de travail que vous faites et de l’endroit où vous habitez, votre capacité d’obtenir le vaccin contre la COVID-19 variera. Voyez le plan de distribution des vaccins au Canada et les renseignements sur la façon de vous faire vacciner dans votre province ou sur votre territoire :

Le vaccin contre la COVID-19 peut-il me transmettre la maladie?

Non. Vous ne pouvez être infecté par la COVID-19 en vous faisant vacciner contre la COVID-19. Les vaccins distribués au Canada ne peuvent entraîner la maladie contre laquelle ils doivent vous protéger.

Puis-je ressentir des effets secondaires après avoir obtenu le vaccin contre la COVID-19?

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires minimes qui s’estompent après quelques jours. Parmi les effets secondaires les plus répandus, mentionnons les rougeurs, la douleur ou l’enflure au point d’injection, ainsi que la sensation de fatigue, des maux de tête, la fièvre ou des frissons, ainsi que des douleurs musculaires et articulaires.

De quelle façon administre-t-on le vaccin contre la COVID-19?

Les vaccins contre la COVID-19 qui sont présentement disponibles au Canada sont administrés par injection dans le muscle. La plupart des gens se font vacciner dans le bras. Certains vaccins sont administrés en deux doses et d’autres en une seule dose. Plusieurs semaines séparent chaque dose du vaccin contre la COVID-19 de Pfizer-BioNTech, de Moderna et d’AstraZeneca/Oxford. Quant au vaccin contre la COVID-19 de Johnson & Johnson, il est administré en une dose.

De quelle façon fonctionne le vaccin contre la COVID-19?

La première dose aide le système immunitaire à réagir au virus, alors que la deuxième dose augmente encore davantage la réaction immunitaire. Les vaccins administrés en une seule dose visent à créer une réponse unique suffisamment vigoureuse pour éviter qu’une deuxième dose soit nécessaire.

Les vaccins contre la COVID-19 de Pfizer-BioNTech et Moderna sont des vaccins à ARN messager (ARNm). Ces vaccins renferment des instructions de fabrication d’une protéine qui amène notre système immunitaire à créer des anticorps contre la COVID-19.

Les vaccins contre la COVID-19 de Johnson & Johnson et d’AstraZeneca/Oxford sont des vaccins à vecteurs viraux. Ils acheminent l’information à nos cellules en ayant recours à un adénovirus inoffensif. Le vaccin ordonne à nos cellules de fabriquer la protéine précise dont il a besoin pour déclencher une réponse immunitaire.

Autrement dit, l’adénovirus utilisé dans ces vaccins est constitué de virus capables de provoquer un rhume ordinaire. On l’utilise depuis plusieurs décennies pour donner des instructions aux protéines.

Si le vrai virus parvenait à entrer éventuellement dans notre corps, celui-ci déclenchera une réponse immunitaire pour combattre l’infection, peu importe le vaccin reçu.

Dans quelle mesure suis-je protégé après avoir obtenu la première dose du vaccin contre la COVID-19?

 Le vaccin contre la COVID-19 de Pfizer-BioNTech s’est révélé efficace dans une proportion atteignant 52 % après la première dose et 95 % après la deuxième dose. Le vaccin contre la COVID-19 de Moderna était efficace jusqu’à 80,2 % après la première dose et jusqu’à 95,6 % après la deuxième dose. Après la première dose du vaccin contre la COVID-19 d’AstraZeneca/Oxford, on a démontré qu’il était efficace jusqu’à 62 % comparativement à 70-80 % après la deuxième dose.

En ce qui concerne les vaccins à deux doses, il est important de recevoir les deux doses pour que le vaccin procure un avantage maximal et pour qu’il soit efficace à long terme.

Le vaccin contre la COVID-19 de Johnson & Johnson est un vaccin à une dose qui a présenté une efficacité globale atteignant 66 % et jusqu’à 85 % dans les cas graves.

Puis-je quand même être porteur du virus et le propager si j’ai été vacciné contre la COVID-19?

Il est encore possible que vous contractiez la COVID-19 après avoir reçu le vaccin.. Ce pourrait être le cas si vous avez été infecté tout juste avant de recevoir le vaccin ou entre le moment où vous vous êtes fait vacciner et le moment où le vaccin a développé une immunité suffisante à l’intérieur de votre corps. Il faut habituellement quelques semaines avant que le vaccin n’aide votre corps à bâtir ses défenses.

Est-il préférable de me faire vacciner contre la COVID-19 ou de contracter le virus pour développer une immunité?

 La meilleure façon de vous protéger votre la COVID-19 consiste à vous faire vacciner. Les personnes infectées par le virus de la COVID-19 ne mourront pas toutes, mais plusieurs pourront être gravement malades, admises à l’hôpital et même subir des dommages permanents au niveau de leurs organes.

Le risque qui consiste à bâtir sa propre immunité en s’exposant au virus plutôt que de se faire vacciner ne vaut pas les problèmes qui pourraient en résulter au niveau de votre santé globale. Autrement dit, il est bien plus sûr de se faire vacciner contre la COVID-19 que de courir le risque d’être infecté par le virus.