On ne peut pas changer une dépendance comme ça.

La phrase « un pas en avant et deux en arrière » est utilisée pour décrire quelqu’un qui a de la difficulté à faire des progrès. Mais est-ce vraiment juste? Après tout, si vous continuez de cette façon, vous finirez par arriver là où vous souhaitez aller tôt ou tard.

C’est comme ça que David MacNeil, 49 ans, a arrêté de fumer. Avec l’aide de timbres et de gommes de nicotine, ce résident de Toronto a graduellement prolongé la durée de temps qu’il pouvait tenir sans cigarettes. Après quelques jours, il recommençait à fumer de nouveau, mais ensuite, deux jours sont passés à quatre, et quatre à une semaine, et une semaine à un mois et ainsi de suite. Éventuellement, « je n’étais plus un fumeur », raconte David avec fierté. « Je n’étais plus un esclave au tabac ».

« On ne peut pas changer une dépendance comme ça, » ajoute-t-il. « Ce sont les petites étapes qui fonctionnent, et vous devez être patient ».

Quelles sont les petites étapes que David a prises pour cesser de fumer? Voici ce qui a fonctionné :

« J’ai commencé à éviter les situations où les gens fumaient autour de moi »

Fumer dans des bars ou lors d’évènements sociaux, ou toujours en allumer une à la pause ou après un repas ne sont que quelques exemples de facteurs « déclencheurs » pouvant engendrer des envies de fumer. Ces facteurs déclencheurs peuvent être sous forme de personnes, d’endroits, de situations, de sentiments ou d’humeurs. Connaître vos facteurs déclencheurs vous aidera à les éviter ou à trouver des moyens pour les gérer. Et sur la même note…

« J’ai commencé à remplacer la cigarette par quelque chose d’autre ».

Lorsque les envies de fumer se pointaient le nez, David allait marcher, buvait un grand verre d’eau ou se rendait au gym. « N’importe quoi pour occuper votre esprit et votre corps lorsque vous avez une envie de fumer », dit-il. 

« Lorsque j’ai dit à mon entourage que j’arrêtais de fumer, c’était un moment déterminant ».

« Mes amis et ma famille m’ont énormément soutenu », se rappelle David. « Le dire aux gens rend votre promesse envers vous-même encore plus réelle ».

Une autre excellente option pour arrêter de fumer est de se trouver un « copain qui vous aidera à arrêter de fumer. » Que ce soit un ami, un membre de votre famille ou un collègue de travail, il s’agit de quelqu’un sur qui vous pouvez compter pour vous soutenir dans votre cheminement de renoncement au tabac. S’ils ont arrêté de fumer eux-mêmes, c’est encore mieux, mais ce qui compte réellement c’est qu’ils soient là pour vous.

Pour David, un autre facteur motivant a été la réalisation que « le plus longtemps que je fumerais, plus cela finirait par me tuer. Je suis optimiste, donc lorsque j’ai vu d’autres personnes devenir malades, je me suis dit, ça ne sera pas moi. Plus que je vieillissais et plus que je voyais des gens de mon entourage devenir malades, j’ai commencé à penser que ça pourrait être moi ».

« Je suis heureux d’avoir pris ma situation au sérieux et je suis fier de m’en être sorti ».

Comme David, avez-vous des conseils à partager pour arrêter de fumer? Sains d’esprit ou non, tous les conseils sont appréciés.

About the Author

Adam Bisby

Adam Bisby

Adam Bisby est un journaliste à la pige établi à Toronto et père de deux enfants. Seshistoires primées ont paru dans les journaux Globe and Mail, Toronto Star et National Post, dans des magazines comme Explorer, Reader’s Digest, International Traveller et Canadian Family, ainsi que sur des sites Web dont MSN.com et changepastrop.ca.

Comments