Être un « bon gars » peut vous faire le plus grand bien

On dit depuis longtemps que « les vrais hommes ne demandent pas de directions ». Malheureusement, il a récemment été démontré que ce type de comportement masculin frappe durement les hommes au portefeuille.

Selon une étude réalisée en 2010 par la compagnie d’assurances britannique Sheilas’ Wheels, un quart des hommes évitent de demander leur chemin pendant au moins 30 minutes, et un homme sur dix refuse tout bonnement de demander de l’aide. Tous les détours effectués une fois perdus gaspillent de grandes quantités d’essence – l’équivalent de 444 kilomètres par année, en moyenne, ou de plus de 3 350 $ au cours de la vie d’un homme.

Pensez-y : si nous pouvions laisser tomber les stéréotypes associés aux hommes et demandions un peu d’aide aux passants, nous économiserions d’incroyables quantités de temps et d’argent!

Ne pas demander d’aide vous nuit

Voilà qui nous pousse à nous poser une question intéressante : POURQUOI les hommes refusent-ils de demander leur chemin? Les recherches révèlent que cela pourrait être lié à la façon dont la société nous apprend à ne pas demander d’aide ou à ne pas montrer de signes de faiblesse. Une série d’études menées en 2015 a démontré que les hommes qui demandaient de l’aide au travail étaient considérés comme moins compétents et moins confiants que les autres, tandis que ce n’était pas le cas chez les femmes.

Lorsque nous demandons de l’aide, c’est pourtant dans le but de devenir meilleurs dans tout ce que nous faisons, qu’il s’agisse d’utiliser de la machinerie lourde ou des ordinateurs, ou de nous rendre du point A au point B. Ne PAS solliciter d’aide nous empêche donc de nous améliorer et de briller à notre plein potentiel. Cette situation nous prive ainsi de promotions et d’augmentations de salaire, en plus de nuire à notre niveau de satisfaction professionnelle. Elle joue également un rôle dans l’isolement des hommes qui éprouvent des problèmes à la maison ou à l’extérieur du travail, et démontre à quel point les rôles liés au genre se répercutent encore sur les enjeux de santé mentale. Ne jamais chercher à communiquer avec les autres engendre du stress et de l’accumulation de tensions, ce qui peut ensuite entraîner des comportements agressifs et autodestructeurs.

Cela étant dit, refuser de demander de l’aide ne représente que la pointe de l’iceberg des occasions manquées.

Les avantages d’être un « bon gars »

Souhaitez-vous qu’on vous perçoive et qu’on se souvienne de vous comme étant froid, vantard et argumentateur, ou plutôt généreux et agréable? Osez être fidèle à votre propre nature et acceptez l’idée d’être quelqu’un de bien. Vous en serez non seulement plus heureux et vous établirez de meilleures relations avec les autres, mais vous serez également plus efficace au travail. Il est malheureux que la société nous conditionne à emprunter la voie de la masculinité mal placée.

Prenons l’exemple de la modestie : d’une part, une récente étude a révélé que les meilleurs des leaders étaient des hommes modestes. D’autre part, les hommes qui ont exprimé leurs qualifications avec modestie au travail ont été jugés moins aimables et plus faibles que les femmes qui ont fait de même. Lors de processus d’embauche, les hommes les plus humbles étaient considérés par les employeurs comme moins compétents et moins prometteurs, comparativement aux femmes qui faisaient elles aussi preuve d’humilité.

Vient ensuite l’empathie, c’est-à-dire la capacité à se mettre intuitivement à la place de son prochain, à ressentir la même chose que lui, à éprouver de la compassion. Tout comme la modestie, l’empathie s’est révélée être un trait de leadership important, mais les hommes ne semblent pas en profiter au même titre que les femmes. En effet, une nouvelle étude a conclu que les femmes empathiques en position de leadership étaient perçues comme moins susceptibles de connaître des problèmes de carrière que les hommes du même type.

Soyez vous-même et le reste suivra

Même si rien de tout cela ne vous semble juste, il y a deux bonnes nouvelles : d’abord, ces injustices sociétales ne sont pas de votre faute, et ensuite, rien ni personne ne vous force à vous y conformer. Soyez le bon gars que vous avez toujours voulu être et vous verrez que tout se passera bien. Peut-on espérer que les rôles assignés aux hommes et aux femmes changeront un jour? C’est possible, si des gars comme vous sont les moteurs de ce changement. Essayez! Il y a fort à parier que vous en sortirez en meilleure santé, que vous serez plus heureux et peut-être même plus riche!

Comments