2 façons étonnamment plus pratiques de cuisiner

Certaines publicités semblent dire qu’il peut être simple de cuisiner. Il s’avère qu’on peut réellement bien manger tout en passant moins de temps et en dépensant moins d’efforts dans la cuisine. Mais ça n’a rien à voir avec la livraison. Il s’agit plutôt d’une planification simple. À quel point est-elle simple? Voyons voir :

 

  1. Congélation :

Admettons que vous concoctiez une fournée de votre célèbre chili sans-pet. Au lieu d’utiliser une livre de dinde hachée, utilisez-en quatre. Ces deux conserves de soupe aux tomates? Faites-en huit! Vous saisissez le principe : quadruplez tous les ingrédients, et au lieu de deux repas, vous aurez huit portions d’un chili savoureux, santé et sans flatulence pouvant être congelées en portions d’un repas dans des contenants hermétiques ou des sacs à congélation, puis réchauffées à la casserole ou au micro-ondes quand votre estomac se manifeste.

Il en va de même pour tous les types de repas préparés comme des sauces pour pâtes et des ragoûts : multipliez les ingrédients pour obtenir des portions congelables supplémentaires, vous passerez moins de temps dans la cuisine et vous aurez plus de temps pour vous au bout du compte.

 

  1. Côtés sournois : 

Faire tourner une belle boulette pour un hamburger, une poitrine de poulet ou une darne de saumon sur le barbecue n’est pas très difficile. (Avouez-le, vous êtes en train de penser à allumer le grill!) Ce qui peut s’avérer fastidieux est de trancher des tomates cerises ou de râper du parmesan pour ces fichues, bien que délicieuses, salades César ou méditerranéennes.

La solution :

Surpassez George de Seinfield en faisant une grosse — une énorme — salade. Vous ne pouvez pas congeler le surplus, mais accompagnez votre burger d’une portion, recouvrez les restes et rangez-les dans le frigo pour accompagner la poitrine de poulet ou la darne de saumon du lendemain ou du surlendemain. Et voilà : mélanger et assortir… sournois, non? Astuce : n’ajoutez pas la vinaigrette avant de passer à table.

 

Plus d’avantages pour les grosses portions :

 

Les avantages de cuisiner en grosse quantité vont au-delà de l’économie de temps et d’effort. Les « formats club », ou les formats familiaux de viande coûtent moins cher que les portions plus petites, et vous remarquerez que vous gaspillez moins de nourriture en mesurant la taille des portions selon la première assiette. Enfin, le dernier et non le moindre, faire une réserve de repas goûteux et santé améliorera votre santé globale et vous aidera à montrer le doigt – vous savez, celui du milieu – aux repas rapides.

 

Si ça semble facile, et ça l’est, aujourd’hui est le meilleur moment pour commencer à cuisiner en gros — d’autant plus que mars est le mois de la nutrition des diététistes du Canada.

Vous connaissez une recette grosse portion parfaite? Partagez-la dans les commentaires ci-dessous.

Comments